RDCPOLITIQUENEWS

21 juin 2017

RDC/POLITIQUE: CONSECRATION CONGOLAISE CONTRE SANCTIONS AMERICAINES !

 

 

RDC / USA : UN PARADOXE FLAGRANT…

La presse congolaise récompense le Général OLENGHA comme la meilleure personnalité militaire congolaise de cette décennie. En effet, au cours d’une cérémonie haute en couleurs, organisée ce samedi 17 Juin 2017, dans le jardin de l’hôtel  INVEST, au cours de laquelle le lauréat du jour s’est vu remettre à titre honorifique, un trophée, par une corporation de la presse congolaise dénommée MEDIAS PLUS Corporation.

Cette dernière a tenu à rendre hommage à celui qui a mis fin à l’aventure macabre du mouvement rebelle de triste mémoire, M23, dans l’est de la RDC. L’on se souviendra que ce mouvement avait causé mort, désolation et terreur, provocant des mouvements de masse des populations paysannes dans cette partie du pays. Le Général  OLENGHA est cet officier qui, à la tête de ses troupes, est monté au front pour combattre cette fausse rébellion en trouvant les mots justes pour motiver sa meute et faire fuir le M23 par mille chemins en leur infligeant une défaite militaire historique gravé dans les annales de la mémoire collective congolaise.

Un membre du Jury, lors de la cérémonie, a paraphrasé le Général OLENGHA en l’imitant et en s’exclamant : « MUTAWEZAAAAA !!!… », pour illustrer la détermination, la force et l’énergie dont le Général avait fait preuve au front. Cela a entraîné les acclamations effrénées de l’assistance.

C’est donc dans une ambiance chaleureuse que ces hommages ont été rendus à l’homme du jour, qui s’est dit agréablement surpris de cette initiative de la presse congolaise en déclarant qu’il ne faisait que son devoir et que si cela était à refaire, il n’hésiterait pas.

Il faut noter que cette cérémonie intervient deux semaines après que les sanctions américaines aient pris pour cible le Général OLENGHA au motif que ce dernier serait trop proche du Président de la République, Joseph KABILA KABANGE. Les organisateurs, quant à eux, se défendent d’avoir organisé cette manifestation pour répondre aux sanctions américaines car, selon eux, la réservation du jardin de l’Hôtel INVEST s’était effectuée depuis le mois d’avril et que le choix du Lauréat à primer avait fait l’objet de concertations depuis le mois de mars. C’est donc un paradoxe flagrant, une opposition entre sanctions américaines et consécration congolaise.

Le Général OLENGHA peut se rassurer que le peuple congolais pour lequel il se bat et est prêt à perdre sa vie, lui est toujours reconnaissant et lui reconnaît ses hauts faits d’armes en faveur de la nation. « Aux grands hommes, la patrie reconnaissante ». Le Général OLENGHA est donc à jamais immortalisé au Panthéon de la mémoire congolaise.

 

BRICE MATHIEU MERTENS

 

 

Posté par flashmalinfo à 13:23 - Commentaires [3] - Permalien [#]

17 mai 2017

RDC : LA PRIMATURE DE BRUNO TSHIBALA SERA FAMILLIO-ETHNICO- TRIBALE ! OU NE SERA PAS…

Le tout nouveau Premier Ministre de la République Démocratique du Congo  commence fort mal son mandat ! En effet, il nous revient au lendemain de son investiture au parlement, que son cabinet sera composé à 99% de ressortissants de sa province d’origine, le Kasaï Oriental, dont 30% de membres de sa famille biologique : frères, sœurs, fils, beau-fils, fille, belle-fille, neveux, nièces, etc… Et aussi, 30% à la belle-famille, comment oublier la famille de son épouse ? Madame aussi a droit au gâteau !

« Vous l’aurez compris, pour le nouveau Premier Ministre, la compétence n’est pas un critère d’éligibilité pour être membre de son cabinet politique !  Cela est totalement irresponsable que de venir au plus haut sommet de l’Etat et de se comporter avec tant de légèreté alors que les défis sont immenses, le climat politique explosif et l’économie est à la dérive.  Mais, Bruno TSHIBALA n’en a cure, la RDC est sa république bananière ! » Voici frère José MAKILA SUMANDA, Vice-Premier Ministre en charge du Transport et Voies de Communication du Gouvernement entrant et sortant, joint par téléphone à ce sujet, ce mercredi 17 Mai 2017.

Ainsi donc, selon un député national de la RDC, qui s’est exprimé au micro de la RFI à Kinshasa lors de la clôture de la cérémonie d’investiture du nouveau gouvernement, ce mardi 16 Mai 2017, au palais du peuple qui abrite le parlement Congolais : « on pensait avoir touché le fond mais non, on creuse encore ! On a vu la fille de ce Premier Ministre et son époux se promener à l’hôtel du fleuve avec des dossiers d’Etat sous le bras, ses fils brandir des passeports diplomatiques, comme on pourrait brandir un trophée ! » Continuant son propos avec dépit et abattement, l’élu affirme que: « le pays allait déjà mal, Bruno va nous achever ; il a fait venir à Kinshasa la moitié de son village, il va nous kasaieniser la primature ! »

 

Il faut cependant noter que si cela se vérifiait, ce serait une violation flagrante de la constitution de la RDC en ces articles 13 et 36 qui garantit pour le premier que : « Aucun congolais ne peut, en matière d’éducation et d’accès aux fonctions publiques ni en aucune autre matière, faire l’objet d’une mesure discriminatoire, qu’elle résulte de la loi ou d’un acte de l’exécutif, en raison de sa religion, de son origine familiale, de sa condition sociale, de sa résidence, de ses opinions ou de ses convictions politiques, de son appartenance à une race, à une ethnie, à une tribu, à une minorité culturelle ou linguistique. » alors que l’article 36 de la même constitution affirme que : « Le travail est un droit et un devoir sacré pour chaque congolais.L’État garantit le droit au travail, la protection contre le chômage et une rémunération équitable et satisfaisante assurant au travailleur ainsi qu’à sa famille une existence conforme à la dignité humaine, complétée par tous les autres moyens de protection sociale, notamment, la pension de retraite et la rente viagère.Nul ne peut être lésé dans son travail en raison de ses origines, de son sexe, de ses opinions, de ses croyances ou de ses conditions socio-économiques.Tout congolais a le droit et le devoir de contribuer par son travail à la construction et à la prospérité nationale.La loi établit le statut des travailleurs et réglemente les particularités propres au régime juridique des ordres professionnels et l’exercice des professions exigeant une qualification scolaire ou académique.Les structures internes et le fonctionnement des ordres professionnels doivent être démocratiques. »

Même si la tenue des élections reste l’objectif majeur, il faut tout de même tenir compte de la moralité dans le dispatch des responsabilités publiques. Là où François FILLON s’est vu faire la une de la presse à scandale en France pour des raisons similaires mais de moindre intensité, le cas Bruno TSHIBALA passerait il comme une lettre à la poste en RDC ? WAIT END SEE…

 

Julie RODRIGEZ /RFI

Posté par flashmalinfo à 13:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 mars 2017

RDC : LES FEMMES EXIGENT LA PRIMATURE POUR SORTIR LE PAYS DE LA CRISE POLITIQUE !

 

La femme congolaise, par la voix du RAFFDI, entendez : Réseau Africain Des Femmes Fortes avec Dieu, prend l'initiative de se levé pour sauver la RDC car, pour ces femmes réunies au sein du RAFFDI, si rien n'est fait, c'est le chaos qui point à l'horizon.

Persuadées qu'elles ont un rôle à jouer dans la survie de la Nation, elles ont adressé un Mémorandum au Président de la République, ce lundi 06 Mars 2017, pour exiger que la responsabilité de conduire l'Eta, en qualité de Premier Ministre leurs soit confier.

Elles articulent leurs argumentaire autour de deux évidences, la première c'est que, selon elles, « la RDC assiste à un véritable combat de coq pour une Primature de transition qui ne devrait pas être un enjeu, ni une finalité car, l'objectif national c'est la tenue effective des élections ! » Secundo,  « si le poste de Président de la République est pourvu par les urnes, celui de Premier Ministre l'est par le choix du Président élu, en 57 ans d'indépendance, il est anormal qu'une femme n'ai jamais occupé la fonction de premier Ministre, c'est une anomalie historico-politico-sociologique ! »

Le RAFFDI annonce dors et déjà la tenue d’un Forum National des femmes pour l’Unité et la Paix du Congo dans les jours à venir, sous le thème de « REVOLUTION CULTURELLE DE TRANSITION », au terme du quel, une liste de 12 noms de candidates à la primature sera officiellement remit au Chef de l’Etat, Joseph KABILA, ainsi qu’une liste d’une centaine de noms de femmes proposées aux différents postes ministériels qui compose le quota de 50% de l’équipe gouvernementale.  

 

 

 

Le RAFFDI admet que s'il est évident que ce n'est pas le Président KABILA qui a gouverné durant ces 57 années d'indépendance, il lui ait néanmoins demandé sur principe de la continuité de l'Eta, et en sa qualité de père de la Nation, de réparer ce préjudice que la femme congolaise perçoit comme une violence morale insupportable.

En ce mois de Mars 2017, alors que le pays s'enlise dans une paralysie Etatique, consécutive à la non tenue des élections  prévues normalement en 2016 et à la succession de Dialogues dit « inclusif » qui pour les uns n'a pas résolu la crise et pour les autres patine dans la boue en faisant du surplace, le président KABILA sera-t-il sensible à l'appel des femmes de son pays ? Rien n'est moins sure, par contre une chose est certaine ce que ni la société civile, ni la e politique, ni la communauté internationale ne contestera ce choix politique si KABILA venait à prendre cette décision.  

 

 

ALECK MUDEKEREZE.

Posté par flashmalinfo à 15:15 - Commentaires [1] - Permalien [#]

20 février 2017

MEMORANDUM AU PREMIER MINISTRE, MALUTAMA S’EXPLIQUE…

 

 

D'après Monsieur Xavier MALUTAMA, Chargé de la Stratégie du Club des Patriotes Congolais,  cette organisation de la société civile a effectivement déposé un mémorandum à la Primature le jeudi 16 février 2017 à l’attention de son Excellence le Premier Ministre, Monsieur Samuel Badibanga. Ce mémorandum a deux objectifs : Le premier exige l’évaluation et le suivi de la mise en œuvre de l’accord politique du 18 Octobre 2016 de la Cité de l’OUA. Le second objectif est d’interpeller la classe politique congolaise sur un fait : qu’il s’agisse de l’accord de la Cité de l’OUA ou des discussions directes de la CENCO, les deux démarches avaient pour objectif initial, l’organisation à court terme, des élections générales dans le respect des prescrits de la constitution.

Le Club des Patriotes Congolais ayant constaté une totale confusion, une dérive absolue et un déraillement mortel de l’interprétation ou de l’analyse collective tant au plan national qu’international, a tenu à recadrer la situation politique en République Démocratique du Congo.

En effet, les discussions directes n’avaient pas pour objectif de résoudre un problème non réglé par l’accord du 18 Octobre 2016, mais plutôt d’élargir le consensus autour des résolutions dudit accord.

Voilà pourquoi, le Club des Patriotes Congolais, soucieux de sortir notre patrie de cette situation, a tenu, par son mémo, à éclairer la lanterne des uns et des autres. En affirmant que le temps était venu de faire une évaluation de la mise en œuvre des résolutions de l’accord de la Cité de l’OUA, car l’actuel gouvernement, qui émane des résolutions de cet accord, a déjà consommé quatre mois et demi sur les douze mois convenus pour l’organisation des élections générales.

C’est la raison pour laquelle, dans son mémorandum remis au Premier Ministre, le Club des Patriotes exige le retour du facilitateur, afin que ce dernier convoque une session extraordinaire d’évaluation et de suivi de l’Accord dont il assume la paternité.

 

 

INTERPELLATION DE LA CLASSE POLITIQUE CONGOLAISE

Notre démarche s’inscrit dans une logique analytique et d’anticipation en ce sens que notre réflexion nous pousse à affirmer que les négociations directes du Centre interdiocésain sont OBSOLETES, PERIMES, CADUQUES, KWAJIK TERMINES, BINAISHA, ESILI !!! Pour la simple et bonne raison que l’épicentre de cette négociation ayant disparu, celle-ci n’a plus d’intérêt.

De plus, l’objectif des bons offices de la CENCO étant l’organisation des élections, et non le partage du pouvoir, ni qu’un fils succède à son père, le temps qui passe et qui ne revient pas, est un élément important qui nous fait dire que la République doit opérer un choix entre ce qu’elle voudrait avoir (l’Accord interdiocésain) et ce qu’elle détient entre ses mains (l’Accord de la Cité de l’OUA).

Entre la peste et le Cholera, nous devons opter pour le moindre mal. Voilà qui justifie pleinement notre démarche auprès du Premier Ministre.

 

RDCPOLITIQUENEWS.

 

 

Posté par flashmalinfo à 11:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 février 2017

 

A la tête d’une délégation composée du CLUB DES PATRIOTES CONGOLAIS et d’un Panel d’expert de la Société Civile, Monsieur Michel KITOKO leader du CLUB DES PATRIOTES CONGOLAIS, Monsieur  Xavier MALUTAMA Chargé de la Stratégie du CLUB DES PATRIOTES CONGOLAIS, Monsieur Dieudonné MUSHAGALUSA, Signataire de l’Accord de la Cité de l’OUA et cofondateur du CLUB DES PATRIOTES CONGOLAIS, Monsieur Joseph ZAGABE MUHIMANYI, Expert de la Société Civile et Madame José RACHIDI, ont déposé ce jeudi 16 Février 2017 à 11H36 un MEMORENDUM adresser au Premier Ministre Son Excellence Monsieur Samy BABIBANGA, à la primature, pour exiger à mi-parcours,  une évaluation de la mise en œuvre de l’Accord de la Cité de l’OUA.

La délégation conduite par Monsieur KITOKO, estime qu’il est grand temps de procédé au suivi et à l’évaluation de l’accord précité, pour mieux mesuré le chemin parcouru depuis sa signature et le début de sa mise en œuvre, ainsi que le chemin qu’il reste à parcourir pour la tenue effective des élections.  

Willson MAGAHANY

 

Lisez le MEMEO en attaché :

 

 

 

Posté par flashmalinfo à 15:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Michel KITOKO chez Samy BADIBANGA pour exiger une évaluation de l’accord du 18 novembre !

 

A la tête d’une délégation composée du CLUB DES PATRIOTES CONGOLAIS et d’un Panel d’expert de la Société Civile, Monsieur Michel KITOKO leader du CLUB DES PATRIOTES CONGOLAIS, Monsieur  Xavier MALUTAMA Chargé de la Stratégie du CLUB DES PATRIOTES CONGOLAIS, Monsieur Dieudonné MUSHAGALUSA, Signataire de l’Accord de la Cité de l’OUA et cofondateur du CLUB DES PATRIOTES CONGOLAIS, Monsieur Joseph ZAGABE MUHIMANYI, Expert de la Société Civile et Madame José RACHIDI, ont déposé ce jeudi 16 Février 2017 à 11H36 un MEMORENDUM adresser au Premier Ministre Son Excellence Monsieur Samy BABIBANGA, à la primature, pour exiger à mi-parcours,  une évaluation de la mise en œuvre de l’Accord de la Cité de l’OUA.

La délégation conduite par Monsieur KITOKO, estime qu’il est grand temps de procédé au suivi et à l’évaluation de l’accord précité, pour mieux mesuré le chemin parcouru depuis sa signature et le début de sa mise en œuvre, ainsi que le chemin qui reste à parcourir pour la tenue effective des élections.  

 

Willson MAGAHANY

 

Lisez le MEMEO en attaché :

 

 

 

Posté par flashmalinfo à 15:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]